Toutes les manières d'accoucher

 

L'accouchement est un acte naturel dont le caractère douloureux est perçu de façon variable d'une femme à l'autre. Diverses méthodes se proposent d'atténuer voire de supprimer totalement la douleur. La femme doit être en mesure de choisir son mode d'accouchement dès lors que les impératifs d'ordre médical ne viennent pas imposer une thérapeutique particulière.

L'ensemble de ces méthodes suppose une information et une participation active de chaque future accouchée.

 

L'accouchement sans douleur (ASD)

l'accouchements sans douleur est appelé préparation psychoprophylactique obstétricale et est arrivé en France de L'URSS dans les année 50.
L'ASD  est en fait une préparation à la fois intellectuelle, psychique et physique pour un accouchement plus serein.

Préparation intellectuelle et psychique :

Des cours d'informations, qui commencent plus ou moins tôt pendant la grossesse et qui sont donnés collectivement, permettent aux futures accouchées d'acquérir des connaissances sur la physiologie de la grossesse et de l'accouchement et de prendre contact avec celles qui sont susceptibles de les accoucher : on leur montre la salle de travail, les appareils de surveillance ......

La préparation psychique est en fait insensible. Elle a pour but de faire disparaître la crainte et de faire comprendre à la future accouchée les mécanismes psychologiques qui ont présidé à la survenue de la peur de l'accouchement.

Préparation physique :

La préparation physique comporte des exercices que l'on peut regrouper en quatre catégories: musculation, assouplissement, relaxation, respiration. Ces exercices sont très nombreux et sont enseignés aux cours d'ASD , il est nécessaire de  les répéter  chez soi pour s'entraîner tout au long de la grossesse. Eventuellement, une contre indication - que le médecin signalera - peut exister en fonction de l'état de la future mère.

La naissance sans violence

Cette méthode est à tord confondue avec " l'accouchement sans douleur"...;mais cette méthode est porté non pas sur la préparation de la mère mais bien aux conditions de l'accouchement même  (lumière tamisée, enfant déposé sur le ventre de la mère , cordon sectionné après quelque minutes seulement éventuellement par le père, bain à température idéale destiné à rappeler le liquide amniotique....

A son arrivée cette méthode tout comme l'ASD à défrayer de grands débats chez les accoucheurs traditionnels mais depuis à fait son chemin et ai rentré dans les mœurs ! et c'est tant mieux !

Les méthodes d'accouchements parrallèles

>>>> L'acupuncture

En Europe l'acupuncture est très peu utilisé en obstétrique. Il semble possible de déclencher des accouchements pas cette méthode : des césariennes ont pu etre réalisées avec comme seul analgésique l'acupuncture !

La sophrologie

C'est une méthode qui utilise la suggestion et la relaxation pour supprimer la douleur.

>>>> Le yoga

Il n'y a pas de techniques du yoga spécifiques de la préparation à l'accouchement. En fait on retrouve dans l'ASD tous les principes du yoga avec les exercices respiratoires musculaires, de relaxation ect... les femmes qui pratiquent le yoga préalablement à l'accouchements sont particulièrement aptes à s'y préparer.

>>>> Les accouchements en piscine

Maintenant pratiqués dans  un peu plus de maternité car un peu plus "accepté" le but est de réaliser une transition douce entre l'environnement intra-utérin et l'extérieur, toutefois certains estiment que cette méthode entraîne une augmentation des risques d'infections . Pour ma part je regrette de n'avoir pas pu accoucher ainsi pour mes trois loulous et oui j'ai du avoir trois césariennes qui malgré tout sont de très bons souvenirs !

>>>> Les accouchements en position assise

Les accouchements en position assise s'inspirent des méthodes africaines : tout comme  pour l'accouchement en piscine, le problème réside dans le contrôle du dégagement de la tête lors de la sortie de l'enfant et dans le prévention des déchirures.
pour accoucher assise certaine maternité propose toutes sortes de support : poire, banc en forme de fer à cheval comme en suède, support pour pouvoir s'agripper (comme les indiennes le faisaient !)........

L'accouchement à domicile

L'accouchement à domicile est pratiqué de façon courante en Suède. Il permet à la mère de ne pas sortir de son environnement. IL nécessite une sélection préalable minutieuse des patientes : tout accouchements susceptible de présenter le moindre problème est récusé pour cette méthode. De même, la future mère  doit être bien préparée et très motivée. Cette pratique se heurte à une difficulté, source de la plupart des critiques : l'infrastructure doit permettre de réaliser un transfert d'urgence en cas de problème de la mère et/ou de l'enfant.

L'acccouchement provoqué

Le déclenchement de l'accouchement peut se concevoir pour des raisons médicales parceque l'on estime qu'il y a un risque à laisser la grossesse se prolonger, mais aussi et malheureusement à mon sens, cet accouchement peut etre provoqué aussi pour convenances >> de la femme, de l'accoucheur ou encore des deux réunis !

Différentes techniques de déclenchement peuvent être employées : la méthode classique est "l'assouplissement" du col par une substance et une autre provoquant les contractions utérines (par voie intraveineuse).

L'accouchement sous anesthésie péridurale

Le principe

L'anesthésie péridurale ou épidurale consiste à injecter, à l'aide d'une aiguille enfoncée dans la partie basse de la colonne vertébrale, entre deux vertèbres un produit anesthésiant qui va diffuser au lieu de la naissance des nerfs dont dépend la sensibilité de la moitié inférieure du corps. (la dose est  différente en fonction de chaque femme ou aussi du degré nécessaire de l'insensibilisation : pour un accouchement par voies basses il n'y a pas le même besoin que pour une césarienne)

Quelque soit le cas la femme est parfaitement consciente.

Pour info : L'anesthésie péridurale est  faite lorsque le travail à commencé et le plus souvent intervient quand la dilatation a atteint 3 à 5 cm de diamètre.

Par qui ?

N'est habilité à faire une péridurale qu'un anesthésiste et celui-ci doit être présent pendant toute   la durée de l'accouchement !

D'autre part un rendez vous  sera pris pendant la grossesse avec l'anesthésiste pour faire un bilan général de la femme afin que l'anesthésiste puisse mettre dans le dossier tout ce qui peut être nécessaire en cas de péridurale ou d'une  intervention d'urgence.

En conclusion

Un accouchement   sous péridurale est un accouchement très médicalisé. Il implique un choix radicalement  différent de celui que font les femmes en optant pour l'accouchement sans douleur. Toutefois lorsque la femme souhaite l'accouchement le plus naturel possible il arrive que le côté médical prenne le dessus pour le bien être de l'enfant et de la mère.

Les autres formes d'anesthésies

L'anesthésie   générale

Il existe en obstétrique des anesthésiques employés par voies intraveineuse, sans danger pour la mère et pour l'enfant, même l'anesthésie atteint ou dépasse une heure et qui renforcent les contractions. Cette méthode permet à des femmes de compléter leur dilatation, si elles sont trop agitées ou si la dilatation du col stagne, et d'accoucher par les voies naturelles.

Bien évidemment dans le cas d'une anesthésie générale la femme ne voit pas son accouchement et une extraction par forceps est souvent nécessaire.

L'anesthésie au masque

Tout à fait différente elle est de courte durée et permet par exemple d'endormir une patiente juste avant de faire une extraction par forceps.

L' anesthésie locale et locorégionale

l'anesthésie locale est celle que l'on pratique avec de réaliser et/ou une épisiotomie (c'est une infiltration dans les tissus du périnée)

l'anesthésie locorégionale à deux formes :

soit elle est paracervicale : du produit est injecté dans les tissus avoisinants le col, la dilatation est plus facile et moins douloureuse toutefois cette  méthode comporte des risques de souffrance fœtale si le produit atteint des vaisseaux qui amènent une grande concentration de produit dans la circulation fœtale

soit l'anesthésie est faites sur les nerfs honteux internes, ces nerfs innervant en partie l'utérus, le périnée et le vagin. Le produit est injecté par voie vaginale à un endroit précis du bassin. Sa réalisation est délicate et permet l'extraction moins douloureuse de l'enfant par forceps et la réparations d'une épisiotomie. elle dure environ quinze minutes.